Toute l’actu !

Les nouvelles du Chant du bois

2018 arrive à son terme. Quelle année ! De la pluie, de la pluie et de la pluie…puis du 14 juin au 4 octobre seulement 48 petit mm Marçay ! Les chèvres ont vite été cantonnées dans les bois pour brouter un peu de vert.

Après la fauche pour des foins de moyenne qualité, l’herbe a grillé. Les 2000 beaux plants de betteraves repiqués ont disparu entièrement par manque d’eau. C’était pas mieux pour les choux ! La maladie de Lyme m’a joué quelques tours, pas de magie, mais beaucoup de fatigue cette année.

Malgré tout, les Poitevines m’ont donné du lait pour faire quelques fromages (parfois un peu coulants !) et pas moins de 4058 yaourts sur l’année. Les boucs (Iggy pop, Mimosa et le petit dernier Olligan) venus retrouver leurs compagnes le 13 août ont démarré leur travail illico presto (non, ce n’est pas une nouvelle recette). Ainsi, le début des mises bas sera avancé vers le 15 janvier 2019, d’où mon absence cette semaine.

Deux mois avant les chevrillages, c’est le tarissement (période de repos pour les chèvres et de « grandes vacances » pour le chevrier) Il n’y a plus de lait. Je reviendrai tout de même une ou deux fois vous proposer pâtés, carbonades, saucissons et savons (et peut-être des colis de Noël). Au plaisir de vous retrouver…vite. Stéphane, paysan biodynamiste heureux

Chevreuils, campagnols et renards

Au mois de septembre j’avais placé un voile sur les laitues, frisées, trévises et pain de sucre pour éviter que les chevreuils ne les broutent.

Les laitues et les frisées sont déjà passées dans les paniers il y a quelques semaines. Depuis j’ai remis le filet.

Les pains de sucre et les blettes poussent le voile vers le haut. Quand je l’ai retiré, j’ai vu que les campagnols ont boulotté un pain de sucre sur 5 et une trévise sur 3. Ils se sentent en sécurité sous le voile et commencent à manger depuis leur terrier en attaquant les racines puis en finissant par le cœur par le dessous.

Ils goûtent aussi dans une moindre mesure aux carottes, betteraves, navets et topines.

Vous comprendrez qu’avec un régime alimentaire en partie composé de rongeurs, les renards sont les amis des maraîchers.

Choux de Chine et d’Europe

Vous avez encore une fois cette semaine du chou de Chine. Mon beau-frère m’avait ramené des semences de Chine et j’ai découvert que ce que les européens appellent « choux de Chine » est en réalité une dizaine de choux différents pour les Chinois. C’est comme si nous appelions « choux d’Europe » l’ensemble de nos choux (de Bruxelles, de Milan, cabus, Kale…). Peut-être qu’il faudrait cuisiner ces choux chinois de différentes façons selon les variétés. Vous avez plusieurs recettes de chou de Chine sur le site du chaudron.
Les poireaux sont encore bien réussis cette année, je pense avoir maintenant une bonne expérience pour les réussir. On peut se réjouir aussi qu’il n’y ait pas de vers même si pour ce point mon expérience ne peut rien.

La plus grosse courge

La semaine dernière c’était le grand jeu de la pesée de la plus grosse de mes courges. Elle n’était pas bien grosse cette année. Côté estimation de poids ça a été du grand n’importe quoi, allant de 900 grammes à 43 kg. Son poids était de 9kg494 et c’est Matthieu qui à 37g près s’en rapproche le plus. Il va fanfaronner jusqu’au prochain jeu de la pesée l’année prochaine. Reste à savoir ce qu’il va faire de 9 kg de courge…. On peut espérer qu’elle sera servie à l’Antigny place du marché.
Cette semaine le remplissage des serres se poursuit. Une deuxième serre est pleine à craquer avec épinards, laitues, chicorées, mâche.

Patates douces et campagnols

Les patates douces sont un mets de choix pour les campagnols qui s’en sont donnés à cœur joie. Ils nous en ont laissé malgré tout et ils n’ont pas touché aux feuilles. Mais il va falloir finir de tout sortir de terre sinon à l’abri du couvert des feuilles ils vont continuer à grignoter. Il y a quelques semaines j’avais retiré toutes les longues lianes qui courent sur le sol et ces rangs-là semble moins touchés. Mais ils nous ont mangé aussi les feuilles. En Chine par exemple, certaines personnes mangent les feuilles et donnent les patates aux gorets. Clément et Yann, les deux stagiaires en BPREA accueillis cette semaine se sont chargés de récolter les patates douces de la semaine. Elles sont moins grosses mais plus nombreuses que l’an dernier. Il s’agit des deux mêmes variétés que je reproduis depuis quatre ans maintenant à la ferme. Le remplissage des serres avant l’hiver se poursuit, semis de radis, oignons blancs, choux de Chine, coriandre, blettes… La troisième serre est tellement pleine qu’on peine à y circuler sans marcher sur une plante.

Patidou ou sweet dumpling

Dans 10 jours c’est la Toussaint et je me crois au mois de septembre. Je suis en ce moment dans le ramassage de pommes et poires, pour le jus et les fruits de conservation. Je continue à semer, mâche, laitue, les dernières chicorées et des choux pour le printemps. Les courges sont stockées depuis une dizaine de jours. Pas très grosses mais assez nombreuses. Vous devriez en avoir hebdomadairement jusqu’à Noël voire plus si elles se conservent bien. Cette semaine vous avez du patidou ou sweet dumpling. Elle est très bonne mais ne cherchez pas à l’éplucher. Coupez le « chapeau de la courge » et ôtez les graines. Ensuite faites-la cuire 15 minutes à la vapeur ou 20 minutes au four. Après soit vous la farcissez soit vous enlevez la chair à la cuillère pour l’intégrer dans une autre recette.

La fierté du maraîcher

Enfin on a eu un peu d’eau, 14 mm dimanche et 4 mm mercredi, c’est pas l’extase, c’est un peu tard mais c’est comme ça. Sinon j’ai fait des semis en place de cresson alénois, radis botte et navet, tout ça sous serre, et dehors des semis d’engrais verts avant la pluie. J’ai semé des engrais verts dans les zones libres mais aussi à travers les légumes (céleri, betterave, carottes…). Ça fait quelques années que je sème à travers les légumes et ça marche bien. Je n’aime pas trop voir de sol nu l’hiver. Les engrais verts ou couverts limitent l’érosion, structurent le sol avec leurs racines, abritent des auxiliaires, apportent de la matière organique et font la fierté du maraîcher.

Oups !

Mardi matin on a frôlé la gelée. Il y a seulement les patates douces de plein champ et le bout des feuilles de courges qui ont gelé. Je vais ranger les courges dans un bâtiment assez bientôt. Elles sont mûres et peuvent être stockées. J’ai assez bien réussi la culture de courge cette année. Mais elles sont bien plus petites que l’année dernière. Dans la précipitation des semis de printemps, j’ai oublié de semer des courges spaghettis. Oups !