Archives par auteur: lms

En compagnie

Cela faisait un an que je n’avais pas eu de stagiaire. Cette année j’accueille Benjamin. Il a 22 ans et est en CAPA à Lathus-Saint-Rémy. Il passe deux semaines à la ferme et reviendra d’ici la fin de l’année.

Je suis content de ne plus être seul au jardin, d’autant qu’il est d’excellente compagnie.

Cette année j’ai cultivé plusieurs chicorées pommées italiennes. C’est un légume que j’adore. Je les mange cuites mais elles peuvent se manger crues.

Je les cuis émincées avec du beurre, du sel et du poivre. Je déglace avec du jus de pomme. Vous pouvez y rajouter des oignons, du fromage, du piment etc…

Ça accompagne viande, riz, ou peut servir de base à la place de la sauce tomate sur les pizzas. Vous en aurez régulièrement cet hiver. J’espère que vous apprécierez ce légume qui en plus est joli.

Jean

Tarte sucrée au potiron / potimarron / butternut…

bref… ce que vous avez sous la main.

De la courge, donc / une pâte brisée faite maison / 150g de sucre / 3 càs de Maïzena / 15cl de lait / 2 œufs / 1 petite càc de cannelle / 1 ou 2 zeste(s) d’orange bios

Etaler la pâte brisée dans un moule à tarte. 

Préchauffer le four à 180°C. Faire bouillir 2 litres d’eau.

Découper le potimarron ou autre en gros morceaux, l’épépiner et faire cuire dans l’eau bouillante pendant 25 min (les morceaux doivent devenir moelleux).

Egoutter puis écraser pour obtenir une purée.

Dans un saladier, battre sucre et œufs jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajouter la Maïzena puis le lait et la cannelle. Incorporer délicatement la purée de potimarron à ce mélange. Ajouter les zestes râpés.

Verser cette préparation sur la pâte. Mettre la tarte au four à 180°C pendant environ 40 min (on peut baisser la tarte dans le bas du four au bout de 20 min pour que la pâte soit bien cuite en dessous).

Laisser refroidir quelques instants et servir tiède.

Présence des producteurs

  • Chaque semaine
  • Stéphane « La ferme du Chant du bois » : fromages de chèvre, yaourts, lait de chèvre, savons.
  • Valentin « Les passants », pains et brioches.
  • Tous les quinze jours 
  • Maël « Ferme fruitière Pommes et sabots », œufs. Livraison farine de « Boiscoutant ».
  • Rémi « Huile d’Olivio » : huile d’olive et olives d’Italie, le vendredi 23 octobre, puis le 6,  20 et 27 novembre.
  • Chaque mois
  • Annie « Miel et goûter d’antan », miel et pâte à tartinervendredi 23 octobre. Livraison des pâtes de Mathieu.
  • Vincent Grollier, viande de veau, viande de bœuf, chaque dernier vendredi du mois.
  • SCOP EKITRADE, commerce équitable, produits bio, le deuxième vendredi du mois, soit le 13 novembre
  • A l’occasion
  •  Autour des plantes : prochaine livraison le 13 novembre (voir leur mail pour le bon de commande)

Pour vos commandes, voir la rubrique Les producteurs associés

 

Rutabaga, moutarde et spaghetti

Dans les paniers cette semaine il y a entre autres : 

– des rutabagas. Légume méconnu et mal aimé et pourtant… Je trouve que c’est le légume star du pot au feu et du couscous. Je l’adore en purée et il se mange aussi en frite. Faut y goûter ! En plus, cette année, je les ai bien réussis. Il faut en profiter.

– de la moutarde en feuille. C’est de la même famille que les rutabagas (famille des choux et navets radis…). La moutarde a un goût de cresson. Elle est parfaite pour les soupes ou les sauces. On peut la cuisiner en potée comme des choux.

– des courges spaghettis. Elles sont à consommer rapidement car certaines présentent des petits points de pourriture. Elles se cuisent vapeur, bouillies ou au four. Il ne faut pas trop les faire cuire pour ensuite extraire avec une fourchette des spaghettis végétaux qui se repassent à la poêle avec du beurre ou un jus de viande ou même de la sauce bolognaise.

Jean

Gâteau carottes / noix

C’est la saison des noix et vous avez des carottes dans le panier. Alors…

250g de carottes râpées / 125g de sucre / 3 œufs / 60g de noix concassées / 125g de beurre / 200g de farine / 1/2 sachet de levure / ½ càc de cannelle

Préchauffer le four à 150° (th 5)

Fouetter les œufs avec le sucre. Quand le mélange double de volume et devient mousseux, ajouter peu à peu la farine et le beurre fondu tout en continuant à bien fouetter. Ajouter ensuite la cannelle, la levure, et enfin les carottes râpées et les noix en continuant à mélanger vigoureusement. Quand le mélange est prêt, verser dans un moule à cake et faire cuire 1h.

Laisser tiédir avant de démouler.

Vers du poireau

La saison de maraîchage c’est à fond de mars à octobre. Le repos approche pour moi dans deux-trois semaines. En ce moment, je continue à semer (mâche, salade) et à planter (épinards, salade, oignons) sous les serres.

J’ai planté pas mal de poireaux cette année et, comme chaque année en cette saison, ils sont attaqués par la mouche du poireau. Mais pour l’instant c’est mineur (c’est mineuse), (c’est minant). Dans un mois et demi ça va être plus sérieux mais à la sortie de l’hiver, les vers disparaissent.

Les vers des poireaux attaquent mes poireaux depuis que je suis installé avec des dégâts plus ou moins importants. Il n’y a pas grand-chose à y faire. Mais j’ai appris à savoir attendre avant de m’inquiéter. 

Jean

Céleri à la sauce aux noix et à l’orange

Recette pour 400g de céleri : 3 oranges / 1 citron / 150g de yaourt / 2 càs de crème fraîche / 1 càs de purée de noisettes ou amandes / 50 g de noisettes ou de noix / 1 càc de miel / 1 càc d’huile / 1 bouquet d’aneth / poivre

Éplucher les oranges et les mettre en quartiers en enlevant le plus possible de membrane blanche. Les couper en morceaux. Conserver le jus qui s’est écoulé. Laver et égoutter le céleri. Tailler grossièrement les feuilles et couper les côtes en morceaux de la largeur d’un doigt.

Mettre les oranges, les morceaux de céleri et la moitié des feuilles dans un petit saladier et remuer.

Pour la sauce, presser le citron. Mélanger énergiquement le jus de citron, le jus d’orange, le yaourt, la crème fraîche, la purée d’amandes ou de noisettes, l’huile et le miel. La sauce doit être très lisse.

Verser la sauce dans le saladier et bien mélanger.

Servir cette salade sur des assiettes. 

Hacher les noisettes (ou les noix) ainsi que l’aneth. 

Parsemer la salade de ce mélange en ajoutant le reste des feuilles de céleri et un peu de poivre

Des nouvelles des pâtes d’ici de là

Beaucoup de choses à dire cette année !

– Le COVID : c’est évidemment le sujet que l’on ne peut pas éviter (parfois on aimerait quand même). Avant le confinement je sentais déjà une augmentation des ventes (plus de commandes, et commandes plus importantes), le confinement a amplifié encore les ventes. Cela a été particulièrement vrai pour le CLIC PAYSAN (association de producteurs de vente en ligne locale et bio). Aujourd’hui je trouve que cet engouement se maintient et tant mieux. Cela permet de relocaliser mon réseau de vente et de passer la main à des collègues sur des magasins et des AMAP.

– Les récoltes : on va dire plus de peur que de mal ! les semis des céréales ont été bousculés par des pluies abondantes. Au final, les rendements ne sont pas catastrophiques. Pour le blé dur, j’avais semé 4ha et Etienne de la ferme de la vacherie également afin d’assurer mes besoins pour l’année à venir. Cette année j’ai récolté du seigle. Je vais donc démarrer une gamme de « Rubans au seigle », et également de la farine. Le Sarrasin vient juste d’être récolté, c’est prometteur ! J’ai fait un mélange de variétés et je trouve que le goût est un peu différent. Je n’ai pas semé de petit épeautre étant donné que j’en avais énormément en stock de la récolte 2019.

– Mycotoxines : souvenez-vous l’an dernier, j’ai été bousculé par un contrôle sanitaire. J’ai donc fait cette année des analyses et elles sont bonnes ! 

– Virginie travaille depuis un an avec moi sur la fabrication et l’ensachage des pâtes une journée par semaine. C’est pour moi beaucoup plus confortable et cela permet d’avoir un rythme de vie un peu plus équilibré.

– Pour la troisième année, j’ai récolté aussi des variétés anciennes de blé dur avec l’aide d’une équipe de consommateurs locaux (Association Bêche à Melle). Il a fallu donc faucher à la main et mettre en gerbe les céréales puis passer ces gerbes dans une batteuse fixe (De l’association Cultivons la Biodiversité). L’objectif est de parvenir à multiplier d’année en année ces semences pour atteindre environ 600kg. Pour vous donner des repères cette année j’avais semé 3kg, j’en ai récolté 10 (c’est un très mauvais rendement).