Toute l’actu !

Rutabaga, moutarde et spaghetti

Dans les paniers cette semaine il y a entre autres : 

– des rutabagas. Légume méconnu et mal aimé et pourtant… Je trouve que c’est le légume star du pot au feu et du couscous. Je l’adore en purée et il se mange aussi en frite. Faut y goûter ! En plus, cette année, je les ai bien réussis. Il faut en profiter.

– de la moutarde en feuille. C’est de la même famille que les rutabagas (famille des choux et navets radis…). La moutarde a un goût de cresson. Elle est parfaite pour les soupes ou les sauces. On peut la cuisiner en potée comme des choux.

– des courges spaghettis. Elles sont à consommer rapidement car certaines présentent des petits points de pourriture. Elles se cuisent vapeur, bouillies ou au four. Il ne faut pas trop les faire cuire pour ensuite extraire avec une fourchette des spaghettis végétaux qui se repassent à la poêle avec du beurre ou un jus de viande ou même de la sauce bolognaise.

Jean

Présence des producteurs

  • Chaque semaine
  • Stéphane « La ferme du Chant du bois » : fromages de chèvre, yaourts, lait de chèvre, savons.
  • Valentin « Les passants », pains et brioches.
  • Tous les quinze jours 
  • Maël « Ferme fruitière Pommes et sabots », œufs. Livraison farine de « Boiscoutant ».
  • Rémi « Huile d’Olivio » : huile d’olive et olives d’Italie, le vendredi 23 octobre, puis le 6,  20 et 27 novembre.
  • Chaque mois
  • Annie « Miel et goûter d’antan », miel et pâte à tartinervendredi 23 octobre. Livraison des pâtes de Mathieu.
  • Vincent Grollier, viande de veau, viande de bœuf, chaque dernier vendredi du mois.
  • SCOP EKITRADE, commerce équitable, produits bio, le deuxième vendredi du mois.
  • A l’occasion
  • David, bières « La belette », vendredi 16 octobre

Pour vos commandes, voir la rubrique Les producteurs associés

 

Vers du poireau

La saison de maraîchage c’est à fond de mars à octobre. Le repos approche pour moi dans deux-trois semaines. En ce moment, je continue à semer (mâche, salade) et à planter (épinards, salade, oignons) sous les serres.

J’ai planté pas mal de poireaux cette année et, comme chaque année en cette saison, ils sont attaqués par la mouche du poireau. Mais pour l’instant c’est mineur (c’est mineuse), (c’est minant). Dans un mois et demi ça va être plus sérieux mais à la sortie de l’hiver, les vers disparaissent.

Les vers des poireaux attaquent mes poireaux depuis que je suis installé avec des dégâts plus ou moins importants. Il n’y a pas grand-chose à y faire. Mais j’ai appris à savoir attendre avant de m’inquiéter. 

Jean

Des nouvelles des pâtes d’ici de là

Beaucoup de choses à dire cette année !

– Le COVID : c’est évidemment le sujet que l’on ne peut pas éviter (parfois on aimerait quand même). Avant le confinement je sentais déjà une augmentation des ventes (plus de commandes, et commandes plus importantes), le confinement a amplifié encore les ventes. Cela a été particulièrement vrai pour le CLIC PAYSAN (association de producteurs de vente en ligne locale et bio). Aujourd’hui je trouve que cet engouement se maintient et tant mieux. Cela permet de relocaliser mon réseau de vente et de passer la main à des collègues sur des magasins et des AMAP.

– Les récoltes : on va dire plus de peur que de mal ! les semis des céréales ont été bousculés par des pluies abondantes. Au final, les rendements ne sont pas catastrophiques. Pour le blé dur, j’avais semé 4ha et Etienne de la ferme de la vacherie également afin d’assurer mes besoins pour l’année à venir. Cette année j’ai récolté du seigle. Je vais donc démarrer une gamme de « Rubans au seigle », et également de la farine. Le Sarrasin vient juste d’être récolté, c’est prometteur ! J’ai fait un mélange de variétés et je trouve que le goût est un peu différent. Je n’ai pas semé de petit épeautre étant donné que j’en avais énormément en stock de la récolte 2019.

– Mycotoxines : souvenez-vous l’an dernier, j’ai été bousculé par un contrôle sanitaire. J’ai donc fait cette année des analyses et elles sont bonnes ! 

– Virginie travaille depuis un an avec moi sur la fabrication et l’ensachage des pâtes une journée par semaine. C’est pour moi beaucoup plus confortable et cela permet d’avoir un rythme de vie un peu plus équilibré.

– Pour la troisième année, j’ai récolté aussi des variétés anciennes de blé dur avec l’aide d’une équipe de consommateurs locaux (Association Bêche à Melle). Il a fallu donc faucher à la main et mettre en gerbe les céréales puis passer ces gerbes dans une batteuse fixe (De l’association Cultivons la Biodiversité). L’objectif est de parvenir à multiplier d’année en année ces semences pour atteindre environ 600kg. Pour vous donner des repères cette année j’avais semé 3kg, j’en ai récolté 10 (c’est un très mauvais rendement).

Automne

Ça y est l’automne est là. C’est la saison des récoltes. J’ai ramassé des pommes et des poires pour le jus, j’ai récolté du miel.

C’est bientôt les derniers semis de l’année : salades, épinards, coriandre, mâche, chicorée. Tous ces semis iront prendre la place des aubergines et des poivrons sous les serres.

Toutes les nuits j’ai la visite d’un chevreuil qui boulotte les fanes de carottes et de betteraves. Rien de grave car les légumes sont déjà bien formés. En revanche, je suis obligé de mettre un voile sur les chicorées et obligé de fermer les serres, sinon il n’hésiterait pas à se servir. 

Jean

Enfin la pluie

Enfin la pluie est arrivée.
Il est tombé un peu plus de 25 mm en une semaine. J’en aurais bien pris un peu plus mais je ne vais pas me plaindre.
Cette semaine j’ai encore beaucoup planté sous les serres : des épinards, de la mâche, de la salade, des chicorées… C’est aussi la fin des tomates, je ne peux plus les voir, je les ai arrachées sous les serres, elles ne produisent plus et j’avais besoin de la place pour continuer les plantations. Vous avez donc des tomates vertes que vous pouvez faire mûrir ou cuisiner vertes. Confitures, gâteaux, tartes salées…voir les recettes sur le site…

Jean

Sécheresse

L’actualité du moment c’est la sécheresse. Cela fait 3 semaines qu’il fait chaud et il y a du vent qui accentue le dessèchement. Il n’y a plus un brin d’herbe dans les prés, on a entamé les réserves de foin pour les chevaux. J’arrose au jardin mais les légumes ne réagissent pas comme à une pluie. Par exemple, les navets, carottes et rutabagas ont bien démarré mais là, ils stagnent. J’ai hâte qu’il pleuve un bon coup. Ce sera trop tard pour l’herbe de mes prés mais les légumes en profiteront.

Jean