Amap du chaudron d'or

Des nouvelles des pâtes d’ici de là

Beaucoup de choses à dire cette année !

– Le COVID : c’est évidemment le sujet que l’on ne peut pas éviter (parfois on aimerait quand même). Avant le confinement je sentais déjà une augmentation des ventes (plus de commandes, et commandes plus importantes), le confinement a amplifié encore les ventes. Cela a été particulièrement vrai pour le CLIC PAYSAN (association de producteurs de vente en ligne locale et bio). Aujourd’hui je trouve que cet engouement se maintient et tant mieux. Cela permet de relocaliser mon réseau de vente et de passer la main à des collègues sur des magasins et des AMAP.

– Les récoltes : on va dire plus de peur que de mal ! les semis des céréales ont été bousculés par des pluies abondantes. Au final, les rendements ne sont pas catastrophiques. Pour le blé dur, j’avais semé 4ha et Etienne de la ferme de la vacherie également afin d’assurer mes besoins pour l’année à venir. Cette année j’ai récolté du seigle. Je vais donc démarrer une gamme de « Rubans au seigle », et également de la farine. Le Sarrasin vient juste d’être récolté, c’est prometteur ! J’ai fait un mélange de variétés et je trouve que le goût est un peu différent. Je n’ai pas semé de petit épeautre étant donné que j’en avais énormément en stock de la récolte 2019.

– Mycotoxines : souvenez-vous l’an dernier, j’ai été bousculé par un contrôle sanitaire. J’ai donc fait cette année des analyses et elles sont bonnes ! 

– Virginie travaille depuis un an avec moi sur la fabrication et l’ensachage des pâtes une journée par semaine. C’est pour moi beaucoup plus confortable et cela permet d’avoir un rythme de vie un peu plus équilibré.

– Pour la troisième année, j’ai récolté aussi des variétés anciennes de blé dur avec l’aide d’une équipe de consommateurs locaux (Association Bêche à Melle). Il a fallu donc faucher à la main et mettre en gerbe les céréales puis passer ces gerbes dans une batteuse fixe (De l’association Cultivons la Biodiversité). L’objectif est de parvenir à multiplier d’année en année ces semences pour atteindre environ 600kg. Pour vous donner des repères cette année j’avais semé 3kg, j’en ai récolté 10 (c’est un très mauvais rendement).

Automne

Ça y est l’automne est là. C’est la saison des récoltes. J’ai ramassé des pommes et des poires pour le jus, j’ai récolté du miel.

C’est bientôt les derniers semis de l’année : salades, épinards, coriandre, mâche, chicorée. Tous ces semis iront prendre la place des aubergines et des poivrons sous les serres.

Toutes les nuits j’ai la visite d’un chevreuil qui boulotte les fanes de carottes et de betteraves. Rien de grave car les légumes sont déjà bien formés. En revanche, je suis obligé de mettre un voile sur les chicorées et obligé de fermer les serres, sinon il n’hésiterait pas à se servir. 

Jean

Poivrons frits à la sauce yaourt

Plusieurs poivrons / 2 gousses d’ail / 1càc de sel / 300g de yaourt égoutté / 3 càs d’huile d’olive / 1 càs de vinaigre

Laver et épépiner les poivrons, les couper en lamelles. Les faire frire. Broyer l’ail et le mélanger au yaourt avec le sel. Ajouter l’huile d’olive et le vinaigre et bien mélanger. Verser sur les poivrons frits.

Piments végétariens

Le piment végétarien peut être utilisé en cuisine pour relever le goût de tous les plats sans apporter de piquant :

  • charcuteries telles que les pâtés et les terrines
  • vinaigrettes et marinades
  • assaisonnement des légumes et des plats mijotés
  • viandes et des poissons en sauce
  • soupes et potages

Pâtes au chou kale noir

250g d’orecchiette (ou sinon des farfalle ou ce que vous voulez) /1 bonne dizaine de feuilles de kale noir (ou les fanes d’une ou deux bottes de navets ou 2 belles poignées d’épinards) / 2 gousses d’ail / 1 pincée de piment / 2 càc de sauce de soja (facultatif) / 1 càs bombée de levure maltée / 1 càs de chapelure / huile d’olive, sel et poivre

Retirer les côtes dures, laver les feuilles de kale puis les couper en bandelettes. Les blanchir dans une casserole d’eau bouillante salée. Compter 3 minutes après le retour à l’ébullition, puis égoutter.

Faire cuire les orecchiette (petites pâtes en forme d’oreilles) dans une grande casserole d’eau bouillante salée 1 à 2 min de moins que le temps indiqué sur le paquet.

Pendant que les pâtes cuisent, faire chauffer à feu moyen, dans une grande poêle, l’ail coupé en petits morceaux dans l’huile. Ajouter le piment et le kale blanchi. Faire cuire à feu moyen/doux pendant une dizaine de minutes. Le légume doit bien s’attendrir et réduire, sans trop sécher (ajouter éventuellement un tout petit peu d’eau).

Prélever et réserver une petite louche d’eau de cuisson des pâtes et les égoutter. Ajouter les pâtes dans la poêle du kale, ajoutez l’eau de cuisson réservée et remuer. Laisser cuire jusqu’à évaporation de l’eau.

Ajouter la levure maltée et la chapelure et prolonger la cuisson pendant 1 minute en mélangeant bien. Transférer dans le plat de service.

Pâte de piment végétarien

Cette pâte de piment végétarien peut être utilisée comme condiment, comme accompagnement ou comme sauce. Sur une tartine de chèvre frais, en mélangeant à du lait de coco pour une sauce accompagnant des pâtes, pour garnir un burger des îles…
Pour 30 piments végétariens frais ou congelés :
1 échalote / 1 gousse d’ail / 1 c. à c. de vinaigre / 2 à 3 cm de gingembre / 3 à 4 c. à s. d’huile d’olive / sel, poivre
Laver, sécher et équeuter les piments, puis les couper en deux pour enlever les graines (pas d’obligation, il n’y a pas de risque que ça pique). Peler et émincer l’échalote, l’ail et le gingembre.
Faire revenir le tout dans une poêle avec 2 c. à s. d’huile en remuant régulièrement jusqu’à ce que l’échalote et les piments soient fondants. Attention à ne pas les faire brûler. Ajouter le vinaigre, saler, poivrer. Faites revenir encore 1 à 2 min.
Mettre la préparation dans un mixeur. Hacher grossièrement ou finement selon ce que l’on souhaite obtenir, tout en ajoutant de l’huile.
Transvaser dans un pot et conserver au frigo.
A utiliser pour parfumer les plats de viande, poisson ou légumes.

Enfin la pluie

Enfin la pluie est arrivée.
Il est tombé un peu plus de 25 mm en une semaine. J’en aurais bien pris un peu plus mais je ne vais pas me plaindre.
Cette semaine j’ai encore beaucoup planté sous les serres : des épinards, de la mâche, de la salade, des chicorées… C’est aussi la fin des tomates, je ne peux plus les voir, je les ai arrachées sous les serres, elles ne produisent plus et j’avais besoin de la place pour continuer les plantations. Vous avez donc des tomates vertes que vous pouvez faire mûrir ou cuisiner vertes. Confitures, gâteaux, tartes salées…voir les recettes sur le site…

Jean

Tarte tomates vertes et fromage

Pâte brisée / environ 700g de tomates vertes / 1 oignon / 150g de gouda au cumin (ou autre fromage : camembert ou chèvre par exemple) / sel / poivre / huile d’olive

Préchauffer le four à 200°C (thermostat 7).
Faire une pâte brisée avec 250g de farine, 125g de beurre, un peu d’eau, un peu de sel.
Émincer l’oignon et couper en rondelles les tomates vertes. Faire revenir le tout à couvert dans l’huile d’olive pendant 5 à 7 min. Saler et poivrer.
Étaler la pâte brisée dans un moule à tarte.
Piquer le fond de pâte à la fourchette.
Recouvrir le fond de la pâte avec le mélange tomates vertes et oignon.
Recouvrir du gouda au cumin soit râpé, soit coupé en morceaux.
Enfourner pendant 25 min.