Archives par auteur: lms

Dernière semaine avec Juliette

C’était ma dernière semaine avec Juliette et mes deux stagiaires de choc. On a eu le temps d’abattre du boulot au jardin. On a épandu de la paille, de la dolomie et du fumier. On a semé, planté et désherbé et nous avons aussi mis les endives en jauge. La récolte des racines qui produiront les chicons n’est pas terrible :  le verdict dans 2 mois…

La semaine prochaine je me retrouve tout seul. Ça va me faire tout drôle, mais j’arriverai à m’en sortir tout seul !!

Dans les paniers cette semaine, vous avez un bouquet de moutarde. Je l’ai semée pour faire un engrais vert (très bien réussi au demeurant). Vous pouvez la cuisiner comme des épinards, en tarte ou même en potée, en soupe ou hachée dans une purée… où alors en pesto. (Voir la recette)

Jean

Pesto de feuilles de moutarde

1 botte de feuilles de moutarde (verte ou rouge)  / Huile d’olive (quantité: libre à vous d’en mettre plus ou moins selon que vous aimiez votre pesto plus liquide ou plus épais)  / 3-4 tiges de fleur d’ail ou 2-3 gousses d’ail  / 1/2 tasse d’amandes grillées  / Sel et poivre du moulin / Zeste de citron au goût 

On peut aussi rajouter du parmesan.

Passer le tout au mélangeur (ou au mortier) et consommer dans la semaine qui vient ou portionner dans des bacs à glaçons. Une fois gelés, on peut les conserver dans un sac à congélation et utiliser pour tartiner un sandwich, donner de la saveur à un bouillon de soupe ou saucer vos rouleaux printaniers. Ou autre…

Noter que c’est seulement lorsque vous consommez la feuille fraîche que vous avez le maximum de piquant. En pesto, sauté, déshydratée elle perd de son intensité…

En bonne compagnie

J’ai passé la semaine en bonne compagnie avec Juliette (je ne vous la présente plus), et Mounim et Lionel, deux stagiaires en BP REA à Montmorillon. Ils sont tous les 3 très motivés par le travail du maraîchage. Nous avons récolté, planté, désherbé… Autant vous dire que les serres sont très bien tenues et que 30 kg d’ail ont été plantés à l’extérieur. Avec ces 3 gros bosseurs, il faut que j’organise bien notre journée car on enchaîne les chantiers. Je suis super content, je vais peut être réussir à être à jour dans mon travail d’ici 15 jours.

Dans les paniers cette semaine, il y a des daikons, c’est un radis japonais qui peut se manger cru ou cuit. Il y a aussi un pain de sucre, qui est une chicorée à très grandes feuilles, elle peut se manger en salade ou bien cuite. A la maison on aime bien l’utiliser comme base pour se faire un wrap. Il y aussi des navets qui peuvent avoir quelques galeries de vers au niveau de la base. Les vers n’ont pas pénétré la racine, ils ne sont qu’en surface, l’intérieur du légume n’est pas touché. Les poireaux quant à eux, cette année, sont très peu attaqués par les vers, et pourvu que ça dure !

Jean

Chou sauté au curcuma

 ou 1/2 chou selon la taille / 2 à 3 carottes / 2 oignons / 1,5 càc de curcuma / 1 càc de gingembre / 1 pincée de cumin / 2 à 3 càs d’huile d’olive / sel

Émincer finement le chou et râper les carottes à grosses mailles. Émincer l’oignon et hacher l’ail. 

Dans une sauteuse, faire revenir avec l’huile l’ail et l’oignon jusqu’à un début de caramélisation. Ajouter 2 càs d’huile puis le chou et enfin les carottes. Faire cuire 5 min à feu vif en mélangeant.

Couvrir et laisser cuire à feu moyen : environ 10 min pour un chou croquant, 15 à 20 min pour un chou fondant.

Peut accompagner viande ou poisson, mais aussi lentilles et pois chiches. On peut rajouter des fleurettes de brocolis ou de chou-fleur. Ou quelques raisins secs.

Poêlée de chou cabus et pommes de terre

700g de pommes de terre environ / 300g de chou cabus râpé / 2 oignons coupés en fines tranches / 3 càs d’huile d’olive / romarin ou autre aromatique / sel et poivre

Couper en bâtonnets les pommes de terre lavées et bien séchées. Les faire cuire avec un peu d’huile puis ajouter à mi-cuisson les oignons (3 minutes) puis le chou râpé (15/20 min supplémentaires). Assaisonner et servir.

Octobre le plus chaud

Cette semaine, on a encore jardiné sous le soleil du mois d’octobre le plus chaud enregistré en France. Il y a de quoi s’inquiéter… Mais les légumes continuent à pousser. On a planté de l’oignon et de l’ail sous serre pour les premiers paniers de printemps, et on a continué à semer des radis et des salades, épandu du compost maison. La semaine dernière je vous racontais que je surveillais l’arrivée des chevreuils dans mon jardin. Ça  y est, ils ont trouvé le filon des chicorées sur lesquelles je mets un voile pour les empêcher de les manger. D’ailleurs vous avez cette semaine une chicorée italienne rouge dans vos paniers, elle peut se manger crue en salade ou braisée comme une endive ; c’est un de mes légumes préférés. 

Jean

Chicorées rouges italiennes au four

Couper les chicorées en 4. Dans un grand plat allant au four, mettre de l’huile, du sel et du poivre. Passer les chicorées dedans pour les enrober. Réserver.

Couper autant de tranches de pain que l’on a de morceaux de chicorées (environ 5 mm d’épaisseur et de taille adaptée pour leur servir de canapé). Les ranger dans le fond du plat dans l’huile qui reste en les serrant le plus possible.

Parsemer d’ail, de thym et de sauge hachés finement, d’un peu de fromage, de lardons, de filets d’anchois… à votre goût. Saler et poivrer.

Poser les parts de chicorée dessus, une part pour chaque morceau de pain.

Arroser d’un filet d’huile.

Enfourner 15-20 min à 210, four préchauffé.

Deuxième printemps

La météo a encore été parfaite cette semaine. Il pleuvait la nuit et faisait particulièrement doux la journée, c’est notre deuxième printemps. Les légumes n’en finissent pas de grossir et c’est aussi super pour les 2 prairies et engrais verts que j’ai semés. Cette semaine on a encore planté à tour de bras dans les serres, mais j’ai réussi à m’aménager du temps pour aller aux champignons. Tous les jours je vois des chevreuils à proximité du jardin, je surveille donc quotidiennement les chicorées qui sont leur mets préférés, mais pour le moment ils n’y touchent pas, je crois qu’ils veulent vous les laisser.

Vous avez en libre service pour la dernière fois de l’année des piments que l’on a dû arracher pour laisser place aux futures plantations.

Jean