Amap du chaudron d'or

Premières de l’année

Beaucoup de premières de l’année cette semaine.
-premiers semis de l’année : salades et épinards
-premier travail du sol de l’année
-premières récoltes de l’année
-première visite de l’inspection du service des paiements
-par contre je ne suis pas encore allé chez le coiffeur cette année
-je n’ai pas encore mangé de tomates et de fraise cette année.
-je n’ai pas semé d’OGM cette année

Velouté de topinambours #1

Ingrédients : (pour environ 1,5 litre)
– 4 topinambours
– 2 pommes de terre
– 1 navet
– 2 carottes
– 1 tige de céleri branche (cote + feuilles)

Préparation:

1- Éplucher les pommes de terre, topinambours, carottes et navet. Les couper en morceaux.

2- Nettoyer le céleri, couper un peu le bout postérieur. Couper en dés, garder les feuilles (on va s’en servir dans la soupe).

3- Dans 1 bon litre d’eau (plus vous mettrez d’eau, plus la soupe sera liquide) ajouter les légumes coupés en dés ainsi que les feuilles du céleri. Couvrir et mettre le tout à cuire une bonne vingtaine de minutes.

4- Pour savoir si c’est cuit ? Il suffit de planter la lame d’un couteau dans les légumes. Si ça rentre comme dans du beurre, c’est prêt.

5- Mixer.

Recette de Mathieu

Recettes à ne pas faire les veilles de messe

Ce légume a un bon goût d’artichaut et de salsifis.

Il peut se consommer de différentes façons : en vinaigrette (préalablement cuit à la vapeur), frit, en purée, en soupe ou sauté (après cuisson vapeur). On pourrait aussi le mangé cru râpé (nous n’avons pas essayé).

Ce légume délicieux a un seul défaut, il fait « chanter » les lendemains (il provoque des flatulences). Et comme dit Mamie Paulette « j’en mange jamais les veilles de messe ! ».

Irrigation sans Roundup

L’ensemble du matériel d’irrigation devrait être sur la ferme au mois de janvier. Après il faut monter toute la tuyauterie. Les premiers besoins en eau peuvent parfois apparaître dès le mois d’avril.

L’eau d’irrigation sera puisée dans une fosse creusée proche d’une nappe affleurante. Nous l’avons fait creuser cet été en prenant soin de ne pas empiéter sur le ruisseau voisin. Elle est de taille modeste : 900 m². Au maximum je devrais avoir besoin de 3000 m3 d’eau pour toute la saison.

Dans les serres, la micro aspersion est réalisée grâce à l’eau du réseau. En effet, dans ce genre de fosse, les algues microscopiques se développent et boucheraient les petits systèmes d’aspersion.

Bien évidemment la solution proposée par certains ne m’a pas satisfait : mettre du glyphosate (roundup) dans le trou d’eau pour détruire les algues et s’affranchir des problèmes de filtration ! Les gens qui proposent cette solution prévoient d’arroser au pied des plantes (système goutte à goutte) car le roundup est un désherbant foliaire.

Trois versions crues

La betterave rouge peut se manger cuite comme crue. Nous on préfère crue et râpée (ça fait des crudités pour l’hiver).

Pour l’accommoder il y a différentes possibilités

La version de maman : vinaigrette, échalote, persil.

La version de belle maman : vinaigrette, noix, et bleu.

La version du beau frère : fromage blanc, moutarde et cumin.

Si vous connaissez la levure maltée de bière, c’est délicieux saupoudré sur la betterave.

Patidou farci

Une délicieuse petite courge portion. En plus d’être bon, il est aussi très beau. Son goût rappelle la châtaigne et aussi bizarrement la pâte à gâteau. Sa chair est dense et sucrée. Le patidou peut être dégusté cru, râpé comme de la carotte ou cuit, en purée, en soupe ou farci.

Je vous propose deux façons de faire pour ce qui est de la cuisson.

1- épépiner la courge et la faire cuire 20-30 minutes à la vapeur. Puis ajouter de la farce et gratinez au four (attention à ne pas percer la peau lorsque vous mettrez la farce).

2- Couper et épépiner, puis ajouter la farce dans la courge crue. Mettre au four 1h15. Dans ce cas mettre dans le plat du four un fond d’eau et un papier d’aluminium sur les courges.

Chat’marade

Les campagnols continuent leurs ravages, après les carottes voilà qu’ils s’attaquent aux panais et aux poireaux ! Pour lutter contre les campagnols selon la technicienne en agriculture biologique, il faut 6 chats à l’hectare. J’en ai 4 (des chats !) dans la force de l’âge, cela devrait faire l’affaire. Mais si on prend en considération la douce tiédeur du poêle et les rigueurs de l’hiver, les campagnols peuvent festoyer encore tranquillement ! Courage chat’marade !, les campagnols ont du goût cette année, (peut être un peu le goût du pot au feu ?).