A vos recettes

Gâteau chocolat / carottes

Proposé par Christine sur le stand à la Fête de la nature à Mignaloux dimanche dernier et très apprécié.

Mixer 250 g amandes, 100 g de chocolat noir et 300 g de carottes, ajouter 130 g de sucre puis 4 œufs, 80 g de farine, 1 paquet de levure et une pincée de sel. Mélanger le tout.

Mettre dans un plat beurré et fariné et enfourner pdt 45 mn four à 180 °.

Salade de lentilles, noix et légumes

Lentilles / noix / carottes / poireaux / abricots secs / radis ou navets nouveaux / dés de fromage / vinaigre balsamique

Faire cuire les lentilles (de Bertrand) après les avoir mises à tremper 2h environ. Les égoutter et laisser refroidir.

Préparer la vinaigrette de votre choix.

Mélanger avec les lentilles : des endives coupées en morceaux, des rondelles de blancs de poireaux légèrement cuites, des radis ou des navets coupés en rondelles, des carottes en fins bâtonnets, des noix et 1 ou 2 abricots coupés en petits morceaux. On peut rajouter du fromage (Comté par exemple) coupé en dés.

Verser la vinaigrette et terminer par un trait de vinaigre balsamique.

Et si nous parlions des topinambours…

C’est bon, c’est fin, c’est délicieux, mais… Petit résumé de ce qu’on trouve sur le sujet :

Premier truc infaillible : manger le topinambour cru. Il ne génèrera aucun vent. Et il est excellent râpé en salade, assaisonné avec de l’huile de noix et du vinaigre de cidre.

Pas de gaz avec des pommes de terre dans l’eau de cuisson

Si on préfère le manger cuit, il existe des moyens plus ou moins efficaces pour neutraliser les maux de ventre. Un des plus sûrs consiste à cuire ces racines tarabiscotées avec quelques pommes de terre. Le topinambour est riche en inuline, un glucide proche de l’amidon. Or, certaines personnes ont du mal à l’absorber par défaut d’enzymes permettant de l’assimiler. La pomme de terre qui dispose, elle, de cette enzyme qui manque aux topinambours est donc la bienvenue dans l’eau de cuisson.

Et pour les adeptes de la cuisson à la vapeur qui préserve davantage goût et texture, pas vraiment de solution.

On recommande aussi de le blanchir 5 min avant de le préparer et/ou de rajouter du bicarbonate de sodium dans l’eau de cuisson.

Une chose est néanmoins sûre, il ne faut JAMAIS réchauffer le topinambour car il devient encore plus indigeste et éolien.

Cuit, il est très bon en salade avec de l’échalote et du persil, ou chaud avec le jus de cuisson d’une volaille au four.

Velouté de céleri-rave au lait de coco

200 g de céleri rave / 100 g de pommes de terre / 20 cl de lait de coco / 6 cacahuètes / quelques graines de sésame / sel & poivre (ou 5 baies)

Éplucher le céleri et les pommes de terre.

Faire cuire le céleri-rave et les pommes de terre dans de l’eau bouillante pendant 30 minutes environ.

Une fois cuits, les mixer avec du lait de coco. Ajuster la quantité de lait de coco selon la consistance souhaitée.

Servir et ajouter des graines de sésame (au wasabi pour relever le tout, sinon on peut aussi utiliser de la pâte de wasabi), des cacahuètes, du sel et des 5 baies.

Gratin poireaux pommes de terre

500 g de pommes de terre / 500 g de poireaux / 20 cl de crème fraîche / 100g de gruyère râpé / 10 cl de bouillon / Muscade / Poivre / Sel

Faire précuire les pommes de terre 10 min à l’eau bouillante salée.

Rincer les poireaux, couper le vert (le mettre de côté pour la soupe) et garder les blancs. Les faire cuire à l’eau bouillante salée 15 min environ. Les émincer.

Peler et couper les pommes de terre en rondelles.

Dans un plat à gratin beurré, alterner des couches de pommes de terre et poireaux, saler et poivrer entre chaque couche. Verser le bouillon et faire cuire 25 min au four à 200°C (thermostat 6-7).

Mélanger le fromage et la crème, verser sur le gratin et poursuivre la cuisson environ 15 min.

Légumes d’hiver rôtis au four

Panais / carottes (mélange de couleurs) / potimarron (ou autre courge) / plusieurs gousses d’ail / branches de thym frais / huile d’olive / sel / poivre

Préchauffer le four à 160°C. Éplucher ou brosser les carottes et les panais et les couper en 2 dans le sens de la longueur. Pelez les gousses d’ail. Couper le potimarron en tranches. Déposer les carottes, les panais, les gousses d’ail et la moitié des branches de thym sur une plaque recouverte de papier sulfurisé. Verser 2 à 3 cuillères à soupe d’huile d’olive et bien enduire les légumes en les tournant et les retournant. Saler et poivrer. Sur une autre plaque recouverte de papier sulfurisé, déposer les tranches de potimarron, le reste de l’ail et le thym et procéder comme précédemment. Saler et poivrer. Enfourner les 2 plaques. Le potimarron mettra moins de temps à cuire. Sortir la plaque de potimarron du four dès qu’il devient fondant (au bout de 20 à 30 minutes) selon l’épaisseur des tranches. Pour les carottes et les panais, compter environ 50-60 minutes de cuisson. Vérifier s’ils sont cuits, avec la pointe d’un couteau. Ils doivent être tendres. Augmenter température du four à 210°C, ajoutez la plaque de potimarron et poursuivez la cuisson entre 5 à 10 minutes pour obtenir une belle coloration. 

A adapter avec les légumes du panier.

Petits bonshommes en pain d’épices

Pour environ 30 bonshommes de 8 cm :

  • 350 g de farine
  • 170 g de sucre roux ou cassonade
  • 100 g de miel liquide doux
  • 100 g de beurre mou
  • 1 œuf
  • 4 c à c de levure soit 2 sachets de levure chimique
  • 2 c à c d’épices (cannelle, anis vert, gingembre, muscade, girofle ou mélange pour pain d’épices)

Préchauffer le four à 160°C

Mélanger les ingrédients secs. Ajouter le beurre, l’œuf et le miel.

Attendre 15 mn environ au frais et étaler la pâte avec un rouleau sur un plan de travail fariné et confectionner les bonshommes.

Faire cuire pendant 9 mn et suivant le four. Les biscuits doivent être un peu durs et à l’intérieur tendres.

A déguster avec un vin chaud ou un thé de Noël

recette d’Anne

Truffes au beurre de cacahuète

150 ml de crème de soja (ou autre) / 100g de chocolat pâtissier / 100g de beurre de cacahuète / 4 à 5 càs de cacao amer / une vingtaine de cacahuètes

Déposer le chocolat et le beurre de cacahuète dans un récipient. Faire chauffer la crème et la verser dessus. Laisser le chocolat fondre et mélanger jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène. Verser l’ensemble dans un grand plat. Laisser prendre au frais pendant 1h. Pendant ce temps, torréfier les cacahuètes à la poêle en les chauffant sur feu moyen pendant environ 10 min en remuant régulièrement. Sur un plan de travail, poser le plat contenant la pâte à truffes, un bol avec les cacahuètes et une assiette avec du cacao amer., Prendre 1 petite cuillérée de pâte, la déposer dans le creux de la main, déposer une cacahuète, refermer la truffe, la rouler dans le cacao et la déposer sur un plat propre.

On peut aussi faire soi-même son beurre de cacahuètes (même si elles ne sont cultivées par Jean) : torréfier 400g de cacahuètes crues non salées dans une poêle pendant 5 min sur feu assez fort. Les laisser refroidir puis les frotter entre les mains pour enlever la peau. Verser 370g de ces cacahuètes dans un blender et mixer 10 min à petite vitesse. Augmenter la vitesse et mixer 1 min à vitesse maximale. Les cacahuètes sont d’abord hachées puis une purée se forme. Continuer à mixer jusqu’à l’obtention d’un liquide. Couper grossièrement les 30g de cacahuètes et les intégrer au beurre. Il se figera au frais. Se conserve au frais 2 à 2 semaines.