Toute l’actu !

Les patates

Dimanche dernier, c’était le chantier collectif de ramassage de patates. C’était super, vous êtes venus assez nombreux pour que ce ramassage ne se transforme pas en dur labeur. Vous avez réussi à plus d’une trentaine à ramasser plus de deux tonnes de patates entre 9h40 et 12 h. Les patates sont de toutes tailles et très saines. Je suis satisfait des calibres et de la quantité récoltée. Si elles se conservent bien, cela vous assure plus de 25 kg de pommes de terre jusqu’au mois de mars par contrat. Comme nous avons fini tôt, cela a laissé du temps pour d’autres activités : jus de raisin, patates artistiques d’Estelle, visites de jardin, discussions et rigolades en tous genres.
Côté jardin, cette semaine, j’ai continué les semis c’est-à-dire, radis bottes, mâches, choux de chine, laitues…. Cette semaine dans les paniers vous avez des feuilles de patates douces, elles sont consommées partout à travers le monde et même, dans certains endroits, plus appréciées que les patates elles-mêmes, comme me l’a raconté mon beau- frère qui revient de Chine. Elles se préparent comme des épinards en ôtant la tige (le pétiole). A servir en soupe ou égouttées.

Le ramassage des patates vécu dimanche par une amapienne (qui n’en est pas à son premier !), c’était la surprise d’avoir terminé si tôt et pas fatiguée – et l’absence de courbatures le lendemain – la détente autour du pique-nique avec le même constat chaque année : chacun s’applique à cuisiner pour apporter un plat à partager et c’est toujours délicieux, les animations proposées par Jean et Estelle, le retour de Maïlys et Shatzie auréolées de leur succès au concours de beauté et le sourire des enfants ravis de cette journée à la campagne.

Ramassage des pommes de terre

Le ramassage des pommes de terre chez Jean aura lieu dimanche prochain 26 août. Nous vous espérons nombreux pour ce moment sympathique. Conditions météos annoncées idéales : beau mais pas trop chaud. Si le ramassage vous est difficile, joignez-vous quand même à nous pour nous encourager, jouer de la musique, raconter des histoires ou simplement partager l’apéro et le pique-nique.
RDV 9h30 chez Jean. Covoiturage 8h20 parking de la MDE

Paillassons et aubergines

La chaleur continue de sévir et en plus il ne pleut toujours pas. Les prairies sont de vrais paillassons. Les chevaux sont au foin depuis plus de 15 jours. Certains arbres perdent leurs feuilles à cause de la sécheresse (sûrement un moyen de défense). Les pêches quant à elles, pourtant assez nombreuses, vont se retrouver avec leur peau de pêche sur le noyau. Au jardin, cette chaleur fait souffrir les légumes. Ma réserve d’eau a sacrement diminué au mois d’août. Je concentre les cultures. Cette semaine j’ai planté entre mes poireaux (forts jolis) des laitues, des chicorées et des blettes.J’ai aussi semé des navets et des radis d’hiver ainsi que des épinards et de la laitue. J’ai hâte que les températures redescendent et que la pluie arrive ; au mois d’avril je tenais le discours inverse. Je retourne ma chemise, je la jette même, elle est pleine de sueur.
« Non ce n’est pas la pluie dans les grandes plantations Mais la sueur de mon visage qui irrigue les champs » comme disait Colette M.
Vous trouverez cette semaine dans vos paniers des aubergines africaines (petites rouges qui ressemblent à des tomates). Elles sont plus amères que les aubergines que l’on a communément chez nous. Au Togo et au Cameroun, je n’ai croisé que des petites aubergines. Certains les mangent crues, beaucoup les cuisinent dans des plats en sauce mais réduisent l’aubergine en purée avant. Pour moins d’amertume vous pouvez les éplucher

Records de température et piment végétarien

Cette semaine, on a atteint des records de température et certains légumes en ont souffert en dépit des arrosages réguliers. Beaucoup de tomates ont pris des coups de soleil et ont cuit et certains céleris branche ont été en partie brulés. Cela n’aura pas de conséquences graves car ils vont se régénérer. La baisse des températures et les 7 mm d’eau qui sont tombés jeudi matin ont fait du bien aux plantes et à mon organisme. Cette semaine j’ai préparé des plants de légumes pour l’automne : chicorée, fenouil, mâche, laitue, blette, …
Dans le panier de cette semaine, vous trouverez une nouveauté : le piment « végétarien ». C’est un piment de Guyane qui ne pique pas. Vous pouvez croquer dedans en toute confiance et j’espère que vous serez agréablement surpris par son parfum puissant. Comme chaque année, j’ai cultivé du maïs doux, il est différent de celui que l’ont peut voir dans les champs qui est cultivé pour son amidon. C’est en revanche celui que l’on trouve en boite de conserve. Le maïs doux est très consommé en Afrique, en Asie et en Amérique latine. Vous pouvez le faire cuire à l’eau 10 min ou le faire griller au barbecue. J’ai un franc succès avec cette plante auprès des enfants.

Epinards de Nouvelle-Zélande

Cette année j’ai eu tendance à resserrer les espaces entre les légumes, car j’entretiens de moins en moins les cultures avec le tracteur. Les courges, physalis, céleris, maïs… sont plantés assez denses (mais pas trop) pour que les adventices ne se développent pas trop. Ces cultures étant assez proches les unes des autres, ça facilite le travail d’irrigation. Ma réserve d’eau est assez haute pour la saison car je n’ai pas arrosé du tout au printemps. En ce moment, j’arrose entre 20 h et 8 h du matin tous les 5 ou 6 jours.
Cette semaine dans vos paniers il y a des tétragones, appelés aussi « épinards de Nouvelle Zélande », même s’ils ne sont pas de la même famille botanique. Les tétragones sont à cuisiner comme les épinards, c’est un légume estival pas trop connu. Ma grand-mère nous en cuisinait souvent, ils se ressemaient tout seuls dans son jardin. Cette année, ils sont issus de mes propres semences de l’an passé.

Beau temps

Comme je ne sais parler que de la pluie et du beau temps, cette semaine je vais vous parler du beau temps. A cause des fortes chaleurs j’adapte mes journées de travail. De 6h à 9h je peux travailler sous serres (je les laisse ouvertes jour et nuit), puis de 9h à 11h, un peu de travail en plein champ. Ensuite je me repose jusqu’à 19h, où je peux retourner faire quelques cueillettes.
En ce moment j’arrose deux fois par semaine, tard le soir et tôt le matin ; ma réserve d’eau est assez conséquente pour une fin juillet. Les conséquences des fortes chaleurs au jardin se font ressentir essentiellement sur les tomates : certaines ont des « coups de soleil » : la peau est marquée, et d’autres sont cuites : le cul de la tomate est très mou et l’intérieur est liquide : celles-ci sont vouées à faire des sauces.
J’espère vous parler de la pluie la semaine prochaine, mais j’en doute !

Variétés libres et reproductibles

Les tomates sous serres sont en pleine production. Ce ne sont que des variétés libres et reproductibles ou appelées aussi, à tort, variétés anciennes. Je les récolte le mercredi soir ou le jeudi matin. Je les stocke ensuite jusqu’au vendredi dans un vieux bâtiment assez frais. Je n’ai pas de chambre froide. Les tomates de plein champ commencent juste à changer de couleur.
La récolte des oignons a été faite cette semaine. Les oignons rouges et une partie des oignons de garde sont assez petits. Ils étaient sur une zone qui est restée en hydromorphie après la plantation. Les trois quarts des oignons de garde ont été plantés dans une zone plus drainante, et le calibre des oignons est bien plus gros.